1) Est ce que tu peux nous parler de toi ?

Je m’appelle Philippe Gastaud, je travaille chez Nextdoor depuis 2 mois maintenant et je suis consultant en stratégie marketing digital.

J’ai travaillé depuis 15 ans dans le monde de la pub, de la com’, du journalisme et du marketing. Actuellement, j’accompagne les entreprises à gagner en visibilité et à générer des contacts qualifiés sur les réseaux sociaux et sur internet en général.

2) Ça fait combien de temps que tu es en free-lance ?

Je suis en free-lance depuis maintenant quelques temps déjà mais j’ai travaillé pendant 10 ans en indépendant et 10 ans dans le monde de l’entreprise.

3) Qu’est-ce qui t’avait décidé à te lancer en indépendant à l’époque ?

J’ai commencé ma carrière en tant que journaliste indépendant, j’étais pigiste. Après j’ai travaillé en tant que concepteur-rédacteur, donc j’étais également indépendant pour des agences de pub et de com’. Et ensuite je suis rentré dans le monde de l’entreprise pour connaître les arcanes avec tout ce que cela encadre comme hiérarchisation, comme travail plus procédurier.

Et maintenant je me suis remis en indépendant car j’estime que, à l’approche de 40 ans, j’ai un peu plus de légitimité pour pouvoir accompagner les entreprises de façon différente.

4) Est-ce que tu peux nous raconter ta journée type ?

En tant que consultant marketing stratégie digitale, mon travail consiste à accompagner les entreprises pour gagner en visibilité sur internet. Pour cela je me renseigne sur les dernières tendances, les nouveaux outils internet, les nouveaux outils digitaux. Ça se passe par des phases de veille d’informations on line ou alors je me déplace dans des conférences ou des salons.

Et puis la partie purement commerciale est le moment où j’interviens auprès des clients : et là je les accompagne par du coaching ou je les forme à des nouveaux outils tels que la prospection via Linkedin, par exemple, ou la rédaction de contenu sur internet.

Et puis il y a une dernière partie qui consiste à rédiger des propositions commerciales, à travailler sur les déroulés pédagogiques pour créer des parcours de formation et pour aussi leur proposer « des pas à pas » lorsque je leur propose un outil de curation de contenus tel que Feedly par exemple.

Voilà donc les trois actions que je mène. Du coup quand je travaille à la préparation de mes rendez-vous avec mes clients je viens chez Nextdoor pour être au calme, ou alors je vais chez les clients quand je les forme ou je les accompagne dans leur stratégie de marketing.

5) Et aujourd’hui quel est ton emploi du temps ?

Aujourd’hui j’avais rendez-vous ce matin avec une compagnie d’assurance, qui est un ami qui cherchait à avoir des renseignements également sur Nextdoor. On s’est donc rencontré ici. Il est venu visiter Nextdoor et ensuite je suis parti boire un café en face. On a échangé nos réseaux, l’idée étant de répondre à ses attentes en marketing et moi j’avais besoin d’avoir des renseignements sur les produits d’assurances.

Ensuite j’avais rendez-vous avec vous. Cet après-midi je travaille sur l’amélioration de mon site car j’ai beaucoup fait de SEO en ce moment pour que mon site soit la vitrine de mes propositions. Je travaille surtout sur la forme parce que j’ai pas mal de contenus aujourd’hui. Et ce soir il y a la soirée Nextdoor « Bouge ton Cube » à laquelle j’aimerais bien participer.

-28 janvier 2016-12H48-2
6) Comment est-ce que tu définirais l’aventure des personnes qui se lancent en indépendant ?

Je pense que « l’aventure » c’est le terme le mieux choisi parce qu’en effet, l’aventure ça englobe le risque et le côté magique de la chose. Quand on devient free-lance, on a une liberté d’action qui est phénoménale. C’est à dire que l’on n’est plus cantonné à des horaires, plus de réunions formelles qui nous prennent du temps.

Cette grande liberté nous permet d’organiser notre temps de travail comme on le souhaite. Quand on est clair avec ses objectifs de vie professionnelle et personnelle, ça nous permet d’être vraiment très épanoui dans nos actions.

À titre personnel, j’accorde une grande part à ma famille, à mes enfants et le statut indépendant me permet d’être disponible pour eux quand je le souhaite, de pouvoir travailler un petit peu de la maison si j’en ai besoin, de m’occuper des enfants un mercredi si je le souhaite. Cette liberté on ne la trouve pas dans le monde de l’entreprise.

Il y a aussi un côté risque évidemment. On a pas la sécurité de l’emploi, c’est en dents de scie : il y a des grandes périodes où on a beaucoup de clients et d’autres où on en a un peu moins. Et il faut savoir jongler avec cet agenda, être disponible pour les clients et mettre à profit les moments de trous pour, soit continuer à apprendre (séminaires, salons…), soit mettre à jour son site internet. Il ne faut pas gâcher tous les moments libres que l’on a et continuer à s’enrichir.

7) As-tu 3 conseils pour toutes ces personnes qui se lancent en tant qu’indépendant ?

– Etre sûr et se fixer des objectifs de vie : le free-lance comporte quand même des risques financiers, de sécurité. Bizarrement la sécurité de l’emploi en fin de compte on se la créée parce que c’est nous qui décidons si on veut travailler ou pas. Il faut être bien conscient du choix que l’on va faire. Le conseil c’est de peut-être demander l’accord de ses proches et de sa famille parce que ce n’est pas sans risque.

– Être extrêmement organisé et rigoureux : on peut vite se laisser aller, ne rien faire, ne pas travailler. Je pense que justement l’espace de coworking y répond. Ça donne un cadre, une organisation. On peut se fixer des horaires, ou l’objectif d’aller tous les jours au bureau.

– Être ouvert, curieux et dans le partage : il faut offrir son réseau et partager ses connaissances.

8) Pour rebondir sur ce que tu viens de dire sur « trouver un espace de coworking où venir travailler », pourquoi as-tu choisi de travailler ici ?

Il me fallait un espace de travail autre que la maison. J’ai cherché soit un bureau dans une agence de com’ et de pub parce que c’est là d’où je viens, mais j’avais peur de trop être enfermé avec les mêmes profils que le mien.

Je voulais justement un endroit où il y avait plus de profils différents, plus d’entrepreneurs différents avec des personnes qui pourraient peut être m’apporter quelque chose sur le commercial, sur la partie comptable ou sur les métiers que je ne connais pas. Et moi en retour je pouvais offrir mon expertise en marketing. Il me fallait donc un endroit assez identifié.

J’ai visité plusieurs espaces de coworking. J’ai travaillé dans deux espaces avant de venir chez Nextdoor. Et le choix Nextdoor s’est fait déjà sur le côté créatif, les couleurs, l’ambiance, l’aménagement qui fait qu’on s’y sent bien, qu’on a envie de travailler. C’est rare de se lever et d’avoir envie d’aller travailler en fin de compte et chez Nextdoor c’est ce qu’on ressent. C’est à dire que l’agencement, les espaces qui sont ouverts nous permettent d’échanger. Si on a besoin d’être tranquille, on peut s’isoler et la diversité des métiers nous permet d’échanger.

Et puis surtout c’est l’entreprise sans l’entreprise. On a l’accueil avec un badge, une cafétéria, des commerciaux Nextdoor, du marketing… Et il y a des collègues, sans être vraiment des collègues. On a que le côté positif : on est pas en compétition, il n’y a pas de ragots, il n’y a pas de hiérarchie. En fait c’est l’entreprise libérée dans le sens où on est comme dans une entreprise mais sans être dans l’entreprise. J’ai l’impression de faire partie d’une communauté mais sans travailler pour cette communauté. On a que les bienfaits de la vie ensemble.

Et puis on a envie de venir à Nextdoor : l’espace que vous appelez la prairie, et que moi j’appelle l’espace de créativité, est un endroit où on se sent bien. On a envie d’être dans la bibliothèque, et il y a aussi le fait de pouvoir déjeuner ici ou de payer son café à 50 centimes… Il y a tous les avantages d’une grande boite sans être dans une grande boite.

9) Et si tu devais résumer Nextdoor en 3 mots ?

Couleur, créativité et ambiance.