L’incidence du stress au travail, tout comme l’existence du burn-out ou même du bore-out, sont encore des sujets sensibles, sinon tabous dans les entreprises.

Pourtant, le stress en entreprise est bien réel : des rares signes de reconnaissance de notre supérieur hiérarchique, au dossier que nous n’avons pas le temps de traiter, en passant par un collègue qui nous dédaigne, les situations de stress se multiplient et s’additionnent, et il est important de briser le silence, afin de prendre les mesures qui s’imposent. Et vaincre un tabou. 

Détournement de mots au profit de la productivité

Pour faire illusion, le monde de l’entreprise a, pendant des années, détourné la valeur intrinsèque de certains mots usités dans le cadre professionnel, les transformant en armes redoutables contre leurs employés, dont voici deux exemples.

Bon stress, mauvais stress : un abus de langage

Selon des idées répandues, le bon stress en entreprise permettrait aux salariés de donner le meilleur d’eux-mêmes, tandis que le mauvais stress rendrait malade. Il n’y a pourtant scientifiquement ni bon, ni mauvais stress mais un phénomène d’adaptation du corps rendu nécessaire par l’environnement.

On peut en revanche différencier stress aigu et stress chronique, l’un correspondant à une situation ponctuelle, quand l’autre est installé et produit des effets néfastes sur la santé.

Quand motivation rime avec oppression

Stressed businessman trying to stop the time. Deadline concept illustration.

La motivation n’est finalement que la capacité affective démontrée à l’égard de son entreprise. Ainsi, une très grande motivation professionnelle réduira forcément la charge affective alléguée aux autres sphères de la vie : personnelle, amicale, sentimentale, sociale.

S’il est possible de faire preuve d’une très grande motivation professionnelle sur une courte période, il apparaît que la seule façon de l’être sur le long terme… c’est de l’être modérément. Il est donc contre nature de demander à ses employés une motivation extrême et de tout instant, au risque d’entraîner une balance personnelle complètement déséquilibrée, avec de graves incidences à moyen terme : brusque départ de l’entreprise, burn-out, dépression, etc.

Qu’est-ce que le stress en entreprise ?

Un stress au travail apparaît dès l’instant où il existe un déséquilibre entre la tâche qui est attendue dans le cadre professionnel et les ressources à disposition du salarié pour y répondre. Les symptômes du stress en entreprise sont variables, mais s’accompagnent souvent de fatigue chronique, insomnies, maux de tête, problèmes digestifs, irritabilité, émotions décuplées… Leur incidence dans la vie du salarié est graduelle, et suit généralement des phases successives d’installation et de gravité.

Au final, ces situations stressantes possèdent un double coût : pour la santé des salariés, mais aussi pour l’entreprise, qui affronte alors démotivations, perte de qualité et de production de ses salariés, turnovers, etc.

Comment parler de stress en entreprise ?

Le chef d’entreprise doit assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale de ses salariés. Pour remplir cette obligation, il doit privilégier les actions de prévention collective. Mais ces actions sont encore loin d’être automatiques.

S-T-R-E-S-S : un mot encore tabou

Car. Dirty secrets

A ce jour, le stress en entreprise, et d’autres symptômes plus graves, comme le burn-out, sont encore tabous, trop souvent niés, ou bien attribués à la fragilité ou à l’inadaptation au poste de certains salariés.

S’ils le sont, c’est parce qu’ils rejoignent la dimension psychologique, difficilement explicable, et traitable du salarié. Prenons un exemple : votre médecin –disons votre généraliste– ne vous a t-il jamais ri au nez parce que vous invoquiez un stress important dans votre vie, personnelle ou professionnelle, et recherchiez des solutions médicamenteuses à ce stress ? Inversement, ne vous êtes-vous jamais senti désarmé(e) parce qu’un autre médecin –disons cette fois votre gastro-entérologue ou votre dermatologue– a pointé le stress pour expliquer vos ballonnements ou vos brusques apparitions cutanées ?

Dès qu’on aborde le sujet du stress en entreprise, une attitude de méfiance s’installe, et la sphère de l’entreprise n’y échappe pas. Le stress porte la casquette de l’argument facile, brandi en désespoir de cause. On se demande s’il ne s’agit pas d’une excuse, et vos collègues, votre boss auront tendance à se dire : « Qu’est-il en train de nous reprocher ou bien d’essayer d’obtenir, sous couvert de son stress ? »

Aborder le sujet du stress en entreprise : nos conseils

1) choisir le bon moment :

Si vous devez aborder le stress en entreprise, choisissez votre moment scrupuleusement : l’idéal, c’est à l’occasion d’un déjeuner, d’un apéro après le boulot, ou mieux encore, d’une sortie ou d’un événement organisé dans le cadre du bien-être des employés, du resserrement des liens sociaux, etc.

2) ne pas s’exprimer sous le coup d’une émotion :

Tentez, autant que faire se peut, de ne pas faire entendre vos revendications après avoir ressenti une forte émotion : faire brusquement valdinguer les affaires de votre bureau, vous lever en criant (ou en pleurant, selon les tempéraments) que vous partez et ne remettrez jamais les pieds ici, ne vous placera pas à votre avantage dans le cadre des négociations. Soyez forts, tenez-bon.

3) effacez-vous au profit du principal intéressé

Une fois tous les composants situationnels réunis, comment présenter la chose ? C’est simple, plutôt que de vous mettre trop en avant, et attirer l’attention sur vous, impliquez le principal intéressé : votre responsable, celui qui a les cartes en main pour faire bouger les choses, ou du moins relayer l’information vers les strates supérieures de l’entreprise. Faites-le parler, et menez-le, si possible, à formuler les mêmes conclusions que vous. Pour cela, posez-lui des questions sur sa propre conception des choses : pense-t-il que le stress en entreprise soit utile? Qu’il faille tenter de le juguler ? De mettre en place de outils de mesure de celui-ci ? Pourquoi pas des méthodes de gestion ou des ateliers de relaxation ?

Le stress en entreprise est encore un sujet tabou, parfois créé et entretenu par les entreprises elles-mêmes, dont il est important de briser les mécanismes de perpétuation. Bon courage !