À quoi ressemblera notre bureau du futur ? Les entreprises l’ont bien compris, l’espace de travail doit tendre vers le confort et la flexibilité, pour continuer de susciter la créativité, garantir la motivation et la concentration, et, in fine, maximiser la productivité des équipes.

Alors, comment s’y prend-t-on ? Le bureau de tendances Vitamin a détecté cinq courants innovants, annonciateurs des tendances de demain en ce qui concerne la modernisation des espaces de travail : des solutions acoustiques applicables aux salles de réunion et aux open spaces, des bureaux modulables à l’envi, des idées innovantes pour couper le cordon avec son portable… petit tour d’horizon du bureau du futur, pour rompre définitivement avec la routine contre-productive !

Tendance N°1 : travailler dans le silence grâce aux solutions acoustiques

À l’heure de la remise en question des open space, l’aménagement de l’espace de travail n’a jamais été si challengeant pour les entreprises qui souhaitent garder intacte la productivité de leurs employés. L’open space, en effet, est le premier responsable du bruit au travail (Article Nextdoor) : conversations orales ou téléphoniques, réunions improvisées ou pauses-café (article Nextdoor sur la pause café au bureau), bruit des imprimantes ou de la climatisation… ces nuisances sonores représenteraient jusqu’à 30 minutes d’efficacité quotidienne en moins, selon l’étude ifop/JNA d’octobre 2016.

Pour aider les entreprises à maintenir le calme au sein des espaces, tout comme le respect de l’intimité, les marques de design d’intérieur redoublent d’inventivité et de travail pour proposer des solutions acoustiques répondant aux besoins du bureau du futur :

art1

  • La marque suédoise Offecct, avec son concept déposé Soundwave®, a développé une fantastique gamme de panneaux acoustiques modulables, alliant design et technicité pour amortir les sons et recréer des bulles d’intimité au sein des espaces. Nos favoris ? Le panneau Village, revêtement mural absorbeur de sons, au design futuriste. Egalement, les cloisons déplaçables Wind, avec leurs formes organiques, fabriquées à partir de panneaux de tissu tendu.art2

  • Fi des nouvelles technologies acoustiques, l’architecte ukrainien Emil Dervish se base sur les études liées aux effets positifs de la couleur, pour proposer un bureau du futur exempt des habituelles nuisances sonores. Dans l’immense Office P de Kiev, les tonalités choisies, de rose et de gris, influent positivement sur le mental des employés, convoquant l’apaisement et le respect du calme au quotidien.

Tendance N°2 : couper le cordon avec son téléphone personnel

Selon une étude TNS Sofres, réalisée en 2015 sur 60 500 internautes, les 16-30 ans passent deux heures par jour sur leur smartphone. C’est l’équivalent d’une journée de travail par semaine ! Source de divertissement discrète, fenêtre sur l’extérieur, elle induit une perte de productivité notable, comme le confirme une étude de Kaspersky Lab. La firme russe prouve ainsi qu’en éloignant volontairement son téléphone portable de son poste, les salariés gagnent jusqu’à 26% de concentration en plus.

Dans votre entreprise aussi, les salariés ont pris l’habitude de pianoter sur leur smartphone personnel à longueur de journée ? Dites bye bye la routine avec les innovations proposées par plusieurs designers et start-ups à travers le monde :

  • Découvrez la police des applications : la start-up chinoise Saent a développé une application mobile permettant aux salariés de désactiver les sites web et les autres applications de leur choix, durant un laps de temps également défini par eux. Un monitoring qui reste à la charge du salarié. Efficace ? À vous de tester.
  • Combien de temps passez-vous sur Facebook, Twitter, sur Le Monde, sur votre propre site web ? Grâce à sa fonction tracking, le logiciel RescueTime comptabilise le temps s’écoulant sur chaque fenêtre ouverte. Il vous rend son analyse détaillée jour après jour, en vous donnant des pistes sur la façon d’améliorer votre productivité. Une pratique complémentaire de la précédente, pour juguler les mauvaises habitudes sur sa session de travail !art4
  • En apparence moins opérationnelle, et surtout faite pour marquer les esprits, voici la Offline Chair, proposée par la designer polonaise Agata Nowak. Sa Offline pocket bloque les signaux 4G et wifi des smartphones. Plus d’appels ni de notifications ! Un message fort adressé à tous ceux qui ne parviennent pas à déconnecter d’eux-mêmes.

Tendance N°3 : de bonnes habitudes alimentaires avec le potager de bureau

Le passage par la case « malbouffe » est devenue votre routine à la pause déjeuner ? Plus pour longtemps. L’agriculture urbaine appelée « Corporate Gardens » directement importée des Ètats-Unis, débarque enfin en France. Le concept ? Convoquer le vert à l’intérieur des bureaux, sous la forme de plantes d’agrément, mais aussi de petits potagers d’entreprise :

  • Avec la start-up Ciel, Mon Radis !, bienvenue dans le green teambuilding. L’entreprise française a développé « Bar-radis », un potager d’intérieur qui s’installe près de la machine à café ou au sein des open spaces. Il propose aux salariés de semer les graines, herbes aromatiques, fruits et petits légumes de leur choix, de se retrouver au quotidien pour cultiver leur jardin ; enfin, de récolter et cuisiner ensemble les fruits de leur culture. C’est Zadig qui serait content…
  • À une échelle plus spectaculaire, découvrez le projet Organic Grid +. Il a été soumis par l’un des finalistes du concours du Metropolis Magazine, qui demandait aux architectes d’imaginer le bureau du futur, à horizon 2030. La proposition : un jardin suspendu sur leur propre lieu de travail.

Bon à savoir : des chercheurs issus de trois grandes universités britanniques ont observé des gains de productivité et un bien-être accrus de 15% chez les salariés travaillant dans des bureaux agrémentés de végétaux. À garder en tête pour imaginer votre bureau du futur.

Tendance N°4 : le bureau du futur permet de moduler les tables à volonté

Grâce à internet et aux devices sans fil, tels que les ordinateurs et les tablettes, les salariés ne sont plus contraints de s’installer à un seul et même poste de travail. Les équipes se font et se défont au fil des besoins, de micro-unités de travail se créent puis se dissolvent au fil des projets. Dans cette optique, les designers de mobiliers se mettent à créer des équipements suffisamment flexibles pour être configurés et reconfigurés selon la nature des tâches et l’évolution des équipes :

  • L’entreprise pharmaceutique GlaxoSmithKline a mis les traditionnels cubicles (box de travail) au placard. À la place, elle installe des espaces de travail où les employés jouent aux chaises musicales : plus aucune place fixe, les postes n’appartiennent à personne, de même que les tiroirs. Quant aux affaires personnelles, elles sont stockées sur une zone de casiers, à proximité des bureaux.
  • L’entreprise suisse Skullcandy, pour sa part, avait fait concevoir dès 2012 un bureau du futur hors-norme, par les architectes Arthur de Chatelperron et Hugo Hélène. Le concept : un système de bureaux configurables à l’envi. Sur le principe du puzzle (et plus récemment des canapés modulables) ces bureaux peuvent être construits et déconstruits, déplacés et réinsérés à l’endroit où les salariés en font la demande, pour un travail individuel ou collectif.

Tendance N°5 : changer d’air avec les nouveaux espaces de coworking

Dans le cadre de notre nouveau rapport au travail, le mode de vie freelance et les espaces de coworking sont aujourd’hui une alternative à l’entreprise traditionnelle, de plus en plus plébiscitée par les salariés en reconversion. Par ailleurs, 64% des salariés se déclarent en faveur du télétravail en entreprise, bien que seuls 16% aient déjà eu l’opportunité d’en bénéficier .

Pour cette raison, de nouveaux concepts d’espaces de coworking de plus en plus originaux voient le jour : à la campagne, dans des fermes de développement durable, chez l’habitant, dans leur cuisine ou leur salon, dans des salles de restaurant transformées durant la journée, voire sur des voiliers ou dans des caravanes nomades. Notre bureau du futur favori ? Nous en avons deux :

art7

  • L’entreprise WildDesk et ses vieilles caravanes, transformées en bureau du futur nomade. Elles peuvent accueillir jusqu’à quatre personnes pour la journée. Comptez tout de même 149 euros.

art8

  • Mutinerie Village à la campagne : pour 40 euros HT la journée, vous êtes nourri, logé, blanchi, vous profitez d’internet et des activités de plein air organisés par l’équipe de Mutinerie. Une alternative champêtre à leur espace de coworking dans le 19e arrondissement de Paris.