La sédentarité, le mal du vingt et unième siècle. A l’heure où les salariés de bureaux passent leurs journées vissés à une chaise, leurs yeux rivés au même écran d’ordinateur, la start-up française Activ’Up choisit son moment pour importer des Etats-Unis un concept annoncé comme révolutionnaire : le Walking Desk. Mais, si ce « bureau de marche » a l’avantage de relancer le débat sur la sédentarité au bureau, peut-on l’ériger au rang de solution N°1 pour lutter contre l’immobilisme des travailleurs ? Si Facebook, BNP Paribas, KPMG ou encore L’Oréal l’ont intégré, devons-nous les imiter ? Entre révolution et gadget, Nextdoor fait le tri et déniche pour vous la bonne information.

Les 5 bonnes raisons d’acquérir un Walking Desk

Indiscutablement, le Walking Desk fournit une solution intelligente aux entreprises dont les salariés souffrent d’immobilité durant leur journée de travail. Voici cinq bonnes raisons d’adopter le concept du « bureau de marche » dans vos locaux :

1) Prouvé : parce que la sédentarité est mauvaise pour la santé

Dès 2008, l’Organisation Mondiale de la Santé attire l’attention sur les risques de la sédentarité, qu’elle décide de classer « problème de santé publique mondial ». Sur le site de l’OMS, on apprend que les niveaux actuels de sédentarité sont bel et bien dus « à un manque de pratique de l’exercice physique pendant les temps de loisirs et à une augmentation des comportements sédentaires au cours des activités professionnelles et domestiques. »

Malheureusement, l’immobilité appelle l’immobilité : après être resté assis toute la journée, un employé de bureau n’a plus ni le temps, ni même l’envie d’aller faire du sport. Un premier « bon point » pour les Walking Desk, dont la vocation est de coupler travail et activité physique.

2) Prouvé : parce que travailler en marchant booste la concentration

 C’est connu, Platon et Aristote philosophaient en déambulant dans la ville ou le long des routes. Nietzsche disait que « toutes les pensées valables viennent en marchant ». Pour valider cette théorie, l’Institut Max Planck de Berlin a mené un test en 2001 sur des sujets adultes et enfants. Le résultat est probant : selon les tranches d’âge, le pourcentage d’erreurs commises pendant l’activité de marche pouvait diminuer de 40%.

L’explication scientifique ? Ce phénomène s’explique par un effet de vigilance : la marche maintient le corps en action et, dans une certaine mesure, l’esprit alerte. Le cerveau est mieux irrigué, l’attention se relâche moins facilement. Encore un bon point pour l’installation des Walking Desk !

3) Parce qu’on aime acheter français avec la start up Activ’Up

 Si la tendance nous vient des Etats-Unis, celui qui l’a importé et commercialisé en France est bel et bien français. Il s’agit de Marc Thouvenin, président de la start-up Activ’Up. Or, comme tout un chacun, l’on aime bien acheter français ! Découvrez une petite interview de l’homme sur lejournaldesrh.com. Sept minutes très instructives, sur la solution Walking Desk, et sur les bonnes postures à adopter au travail !

4) Parce qu’on peut tout faire sur cette table de marche

 Nous n’avons pas encore décrit la bête, alors la voici : il s’agit d’une table de hêtre d’environ 120cm de hauteur, à laquelle le constructeur a adjoint un tapis de course, somme toute très semblable à ceux des salles de sport. Sur cette tablette de 120 x 80 cm (autres modèles et tailles à voir sur le site internet de Activ’Up), l’on peut lire ses e-mails, prendre son café, créer, relire ou modifier une présentation, prendre des notes sur un carnet annexe… bref, on peut concrètement tout faire, comme sur un vrai bureau. La vitesse de marche est bien sûr réglable. Si certains se sentiront de crapahuter à une allure de trois ou quatre kilomètres par heure, d’autres préfèreront un rythme de croisière bien plus lent, à deux, voire 1,5 km/h.

5) Parce que ceux qui ont testé le Walking Desk l’ont… approuvé !

  • Chez BFM Business

Dans sa chronique sur BFM Business, le journaliste Anthony Morel propose une démonstration en direct du Walking Desk par Activ’up. Allez faire un tour à ce lien !

  • Chez Challenges Magazine

Le magazine Challenges a lui aussi envoyé sa journaliste Laure-Emmanuelle Husson s’essayer à la marche. Dans l’article « J’ai testé le travail en marchant avec un walking desk », la jeune femme décrit son utilisation durant une matinée de travail. Après deux heures de marche, trois kilomètres parcourus et environ 200 calories brûlées, son verdict est positif : si elle ne peut affirmer que le Walking Desk a réellement amélioré sa réflexion et sa concentration – donnée difficilement mesurable, en tout cas ne l’a-t-il pas ralentie dans son travail. Et elle a fait du sport.

  • De grands groupes déjà convertis !

Pour faire connaître sa solution à des entreprises projetant de s’équiper avec un Walking Desk, la start-up de Marc Thouvenin possède son propre showroom près des Champs-Elysées. Facebook, BNP Paribas, KPMG, L’Oréal, Allianz, Carrefour ou encore la SNCF se seraient déjà laisser séduire.

L’avis Nextdoor : pas un gadget, mais pas l’unique solution non plus !

Si le Walking Desk est une solution intelligente pour lutter contre la sédentarité au bureau, elle ne peut en complètement se substituer à l’adoption de bonnes habitudes sur son lieu de travail. Au premier rang des bonnes habitudes : la posture.

Le secret de la santé au travail : changer fréquemment de position

Sur le site du CCHST, le Centre Canadien d’hygiène et de sécurité au travail, quelques conseils avisés sont donnés aux organisations afin de déjouer l’apparition de troubles musculo-squelettiques chez leurs salariés sédentaires. Ainsi l’article confirme-t-il que, dans un lieu de travail bien aménagé, le travailleur devrait avoir la possibilité de choisir parmi diverses positions, et d’en changer fréquemment.

La clé de la santé au travail ne réside donc pas seulement dans le fait de travailler debout, ou en marchant. Pour lutter contre l’immobilisme au travail, LA solution est de changer régulièrement de position : assis, debout, couché, sur le côté, en tailleur… tant que ces positions vous font du bien, et tant qu’elles n’outrepassent pas les limites de la bienséance sur votre lieu de travail.

Solution N°1 : marcher vous ennuie ? Travaillez debout suffit !

Sachez qu’il existe des bureaux pour travailler non pas en marchant, mais debout. Tout simplement. Dans son article « Les modèles de bureaux pour travailler debout », le blog de Blog Emploi en a répertorié une douzaine, du modèle le moins onéreux au modèle le plus perfectionné, en passant par toute une série de bureaux insolites, que nous vous laisserons découvrir par vous-même.

Solution N°2 : Le travail très inspirant de l’artiste Barbara Visser

En collaboration avec le cabinet d’architecture Raaaf, l’artiste Barbara Visser a conçu en 2015 un espace de travail sans bureaux ni chaises. Intitulé « The End of Sitting », ce projet grandeur nature permet à ses utilisateurs de travailler debout, assis ou allongé… à leur guise. « Food for thought », comme disent nos amis British.

Crédit zeutch.com/

Conclusion

Si le Walking Desk ne traite pas le souci de posture au travail à sa source, il reste néanmoins une solution intelligente et fort ludique, pour des entreprises ayant décidé d’alléguer un budget « bien-être de leurs salariés ».