L’acronyme IoT ou « Internet of Things » représente le système informatique qui relie les différents dispositifs numériques et mécaniques en réseau. Autrement dit, c’est ce qui permet à nos objets connectés de partager leurs informations. De plus en plus perfectionnés, ces appareils sont en train de révolutionner les interactions entre l’utilisateur et la machine. Leur évolution est telle que l’Institut européen de l’audiovisuel et des télécommunications estime leur nombre à près de 80 milliards d’ici à 2020. Dans un monde de plus en plus connecté, tous les secteurs d’activité s’y retrouvent : santé, énergie, bâtiment, automobile, sport et bien d’autres.

Derrière les fonctionnalités bien pensées de ces objets connectés, des logiciels embarqués emmagasinent des masses de données. Des informations pratiques qui accroissent la compétitivité des entreprises, mieux armées pour appréhender les habitudes de leurs clients. Mais toutes ces données sont-elles bien protégées ? À l’aube de la voiture autonome, les machines connectées accèdent à des commandes de plus en plus sensibles. Jamais la question de la cybersécurité n’a été aussi importante ! 

Objets connectés : entre rêve et désillusion

Les films de science-fiction ont bercé notre enfance. Et aujourd’hui, nombre des merveilles technologiques de Retour vers le futur ou encore Star-Trek sont devenues réalité. De plus en plus performants, les appareils connectés envahissent notre quotidien et transforment notre mode de vie. Que ce soit pour nous apporter des informations sur notre état de santé, contrôler les différents engins high-tech du foyer, sécuriser notre environnement ou nous accompagner dans la pratique d’un sport, la demande ne cesse d’augmenter. Selon une étude récente réalisée par Opinionway, 58 % des interrogés déclarent avoir une bonne connaissance des objets connectés et 52 % en posséder au moins un. Ils étaient respectivement 44 % et 35 % en 2016. Désormais la technologie nous épaule et veille sur nous jour après jour. Les IoT de la vie courante sont partout, à commencer par le smartphone, la tablette, la télévision et la voiture. Ils nous apportent des renseignements utiles, avec rapidité et précision. En quelques années leur usage a été complètement intégré dans nos habitudes.

Ils analysent, collectent et traitent les informations en temps réel, 24 heures sur 24. De quoi émoustiller les paranoïaques de l’espionnage. Pourtant, n’ont-ils pas des raisons de se méfier ? Tous ces échanges de données informatiques ne sont-ils pas un véritable terrain de jeu pour les cybercriminels ?

En effet, avec la recrudescence de virus et logiciels malveillants sur internet, les objets connectés représentent autant de points d’entrée pour s’immiscer dans notre vie. Plus il y en a, plus le risque est grand. 42 % du panel se montre méfiant quant à la confidentialité de leurs données. Et les failles sont réelles. Le 21 octobre dernier, des hackers se sont servis de millions d’IoT pour bloquer plusieurs sites Internet, dont Twitter et Netflix. La raison réside dans un manque flagrant de sécurité. Nombre d’entre eux ne sont pas conçus pour accepter des mises à jour régulières à distance et affichent un mot de passe par défaut simplissime, du type 0000. Ce n’est pas pour rien que les acteurs majeurs de la cybersécurité hissent le drapeau rouge en matière de sûreté dans les entreprises, à cause de l’invasion des dispositifs connectés.

Mais avec des fonctionnalités qui vont toujours plus loin, un accès frauduleux à certains appareils peut s’avérer bien plus dramatique. Qu’est-ce qui empêche un hacker mal intentionné de prendre le contrôle de votre voiture à travers une montre connectée par exemple ? Ce schéma inquiétant s’applique également à l’électroménager, à diverses machines et même aux jouets de vos enfants… Mieux vaut se montrer extrêmement vigilant.

 

La French Tech mise sur les bénéfices de la technologie IoT

À la pointe de l’IoT, les start-up françaises talonnent de près les Américains et les Chinois. Certaines comme Actility qui a mobilisé 75 millions de dollars de fonds ou Sigfox avec 150 millions, mettent en valeur l’expertise française en matière d’objets connectés. Elles ont encore été nombreuses parmi les lauréats des Innovation Awards du CES 2017. On y retrouve In&Motion et ses vestes airbag pour motards, Famoco et son smartphone sécurisé à destination des enfants et des seniors, ou encore le distributeur de croquettes pour chats de chez Catspad.

Mais la French Tech ne s’arrête pas là et comble l’ensemble des préoccupations en matière d’objets connectés. Selon l’enquête d’Opinionway, 53 % des personnes interrogées jugent les objets créés par les fabricants conformes à leurs attentes. Le domaine le plus demandé à 73 % est celui de la santé. La société française Withings, leader du marché, s’est récemment associée à Kerastase pour la mise au point d’une brosse connectée et innovante. Elle a pour but de suivre l’évolution des cheveux afin de lutter contre les problèmes capillaires. Pour ce faire, elle recommande divers programmes de prévention et de traitement au quotidien.

Les appareils pour une maison connectée sont également fortement plébiscités. Netatmo, entreprise incontournable de la French Tech s’est associée avec Legrand afin de proposer des interrupteurs et des prises connectées. Une gamme qui permet de gérer son éclairage à distance et de programmer de nombreuses commandes.

Mais l’IoT français ne se démarque pas seulement au cœur du foyer. Il se développe dans le milieu professionnel, apportant aux marques une foule d’informations cruciales pour satisfaire leurs clients. Les outils sont multiples : applications pour smartphones, cartes de fidélité connectées, radio-identification… Tous les moyens sont bons pour mieux connaître les habitudes des consommateurs et leur offrir un service toujours plus personnalisé. Cela se traduit par un gain de temps pour l’acheteur, une préparation de commande à l’avance, des livraisons programmées, un paiement avec le smartphone ainsi que des conseils pertinents grâce à l’historique des achats en temps réel.

Tout comme pour les clients, les objets connectés s’avèrent être une mine d’avantages pour les entreprises. Cela ne s’arrête pas aux bénéfices économiques, les données qu’ils fournissent poussent à structurer plus efficacement les techniques de vente et améliorent significativement l’image de la marque.

(Enquête Opinionway : mars 2017 — sur un échantillon de 1 070 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus)