Les évolutions des modes de travail ont converti de nombreux actifs au nomadisme. En perpétuel mouvement, ces nouveaux travailleurs déjeunent encore plus qu’avant « sur le pouce » au grès de leurs déplacements. Et pour ceux qui n’ont pas de RIE, la formule équilibrée « entrée + plat + dessert » avec son lot de légumes et de fruits à disposition se transforme souvent en sandwich illico presto devant son ordinateur portable. Entre culpabilité et acceptation résignée, nous savons malgré tout qu’un repas sain est la clef de notre efficacité professionnelle.

Faire de la pause déjeuner une source de bien-être pour accroître ses performances professionnelles

Chez Nextdoor, le bien-être au travail est une priorité ! Nos résidents revendiquent un réel besoin de se sentir bien, de se sentir comme à la maison. Cette qualité de vie se traduit par des espaces professionnels dynamiques propices à la créativité et par l’animation d’ateliers pratiques sur les enjeux entrepreneuriaux et thématiques d’actualité.

C’est ainsi que Sylvie et Lorena, des centres de rééducation alimentaire Natur House de Boulogne-Billancourt et d’Issy-les-Moulineaux, sont venues nous rappeler quelques fondamentaux sur notre alimentation et prodiguer leurs conseils pour que la pause déjeuner soit à la source de notre performance professionnelle.

1er conseil : accordez-vous 45 minutes de pause à l’heure du déjeuner

Mais si ! Vous avez le temps ! Considérez ces ¾ d’heure comme un investissement pour développer votre créativité, votre concentration et maintenir votre énergie pour le reste de l’après-midi. Quarante-cinq minutes, trois quarts d’heure, trois moments pour vous :

  • 15 minutes : c’est le temps nécessaire au cerveau pour enregistrer le sentiment de satiété ;
  • 15 minutes : pour se nourrir et s’accorder un instant de détente pour sortir « la tête de ses dossiers » ;
  • 15 minutes : pour que votre corps se mette en mouvement (une marche digestive) ou se repose (sieste flash).

2e conseil : prenez conscience de ce moment de pause

La nourriture, en plus d’être une réponse à un besoin physiologique, est un moment de plaisir. Prenez le temps de vous offrir cette pause déjeuner et déguster, savourer votre repas. Mastiquez jusqu’à 32 fois chaque bouchée (bon, si vous le faites une douzaine de fois c’est déjà très bien !). Votre cerveau aussi sera nourri de cet instant qui vous fait du bien. Le cerveau emmagasine cette information et vous vous sentirez rassasié. Par conséquent, vous ne ressentirez pas le besoin de grignoter avant le prochain repas.

 

3e conseil : accordez-vous une pause déjeuner et ne faites que cela

Manger en faisant autre chose (répondre à ses mails, rédiger un rapport, regarder les infos…) conduit à des prises alimentaires augmentées (de 20 à 50 % en plus selon les études, lors du repas et des suivants). C’est une suite sans fin (« faim ») avec des risques de prise de poids sur le long terme. C’est le surpoids assuré si les apports alimentaires sont supérieurs aux dépenses énergétiques ! On a tous fait l’expérience d’un paquet de bonbons ou une tablette de chocolat engloutis sans s’en rendre compte devant son ordi alors que quelques bonbons ou carrés dégustés « en (pleine) conscience » auraient apporté plus de satisfaction et de plaisir.

Alors oui, bien manger ça s’apprend. Nous ne savons pas tous à quelle fréquence s’offrir un aliment plaisir, ni si un verre de vin blanc est plus calorique qu’un verre de vin rouge, ou encore quelle quantité d’eau doit-on absorber quotidiennement… Pour vous aider à comprendre comment bien se nourrir sans éviter les privations (parce que la frustration n’est pas bonne dans un régime alimentaire), prenez rendez-vous avec les expertes Natur House des centres de Boulogne-Billancourt ou d’Issy-les-Moulineaux. En plus ce n’est pas loin de Nextdoor Village, vous pouvez même y aller à pied !

Par Philippe GASTAUD – Digital Entrepreneur www.e-strategic.fr