C’est prouvé, un salarié heureux est plus impliqué dans son travail. Il prend des initiatives, se montre plus créatif, le tout pour une plus grande productivité. Pas étonnant que les structures où il fait bon vivre affichent de meilleurs résultats que leurs concurrents* ! Bichonner ses collaborateurs est devenu un moteur d’efficacité. Alors les managers, ouvrez grand vos mirettes et voyons ensembles les solutions pour que vos collègues arrivent au bureau en sautillant, l’œil pétillant et le sourire jusqu’aux oreilles. Résolution de rentrée : C H O U C H O U T E R !

Avant tout, les choses à ne pas faire

Véritable frein à l’épanouissement de vos équipes : la manie de vouloir s’occuper de tout. Les « malades du contrôle » n’ont plus leur place aux commandes. Facteur de stress et témoignage constant d’un manque de confiance, oubliez la casquette « petit chef », elle ne va à personne !  L’exigence peut être une bonne chose, à condition de ne pas dépasser les bornes. Il faut savoir féliciter ses collaborateurs pour leur travail et non leur dire sans cesse qu’ils auraient pu faire mieux.

Le bien-être des collaborateurs ne signifie pas les laisser faire ce qu’ils veulent. Trop de laxisme vous conduira droit dans le mur. Fixer un cadre et des règles est essentiel pour régir de bonnes relations en interne, tout comme prendre des sanctions lorsque celles-ci sont méritées. De la même manière, ne laissez pas vos salariés sans un objectif commun. Instaurer des projets fédérateurs est une bonne chose, mais si vous ne définissez pas clairement le rôle de chacun, cela va vite faire des étincelles. L’esprit d’équipe en dépend.

Implicitement, ces mises en garde indiquent la bonne marche à suivre. Évidentes ou non pour certains, mieux vaut s’assurer de partir dans la bonne direction si vous souhaitez entrer dans le top des entreprises plébiscitées par leurs employés.

 

Mettre en avant la positivité : le « rapport d’étonnement »

Cette pratique proposée aujourd’hui par de plus en plus de cabinets de conseils et coaching est idéale lors d’une prise de poste managérial. Elle consiste à relever les points positifs dans le travail de votre équipe. Laissez l’éventuel négatif de côté pour le moment. L’essentiel est de mettre en confiance vos collaborateurs en valorisant leurs points forts à travers des retours objectifs.

Cette méthode s’appuie sur une première phase d’observation qui va servir à mieux connaître les différentes tâches et les méthodes de chacun pour les mener à bien. S’ensuit alors la rédaction d’un rapport d’étonnement, qui met en avant les points positifs et/ou les critiques… constructives ! Le but ? Formaliser le plus tôt possible dans la collaboration les écarts de perception dans la mission à mener, afin d’encourager la prise de conscience des acquis de chacun.

Qui a dit que seule la direction avait de bonnes idées en matière de stratégie ?

C’est la logique imposée depuis toujours. La direction prend toutes les décisions et il ne reste plus qu’à obéir aveuglément. À quoi bon réfléchir puisque ce qui est demandé est d’appliquer les consignes ? Néanmoins, aujourd’hui les lignes bougent et des démarches collaboratives se développent de plus en plus, tant au niveau opérationnel que stratégique. Solliciter l’avis de ses collaborateurs est une preuve d’attention. Cela consolide fortement leur engagement au sein de l’entreprise et la pensée collective se montre souvent source de remarquables idées.

Pour son projet VISION, Leroy Merlin a convié l’ensemble de ses collaborateurs à proposer des solutions pour améliorer le fonctionnement de leur magasin. Un système basé sur une plateforme communautaire intitulée LOL. Près de 95 % de leurs salariés ont joué le jeu et ont permis de construire le futur de leur entreprise. Des actions concrètes qui se démarquent du celles de la hiérarchie, car elles émanent directement de l’implication et des compétences des équipes en place.

 

Le bilan de fonctionnement

J’entends d’ici certains souffler en disant : « encore une réunion de plus ». Cette fois-ci pas de réunionite sans but précis. Proposé par l’agence de conseil et de coaching Orygin (qui compte à son actif de belles références comme Carrefour ou Nature & Découverte), le bilan de fonctionnement regroupe l’ensemble de votre équipe pour répondre à deux questions essentielles, en vue de leur épanouissement.

Lors d’un premier tour de table, tous vont énoncer les pratiques et process qui ont été utiles et bénéfiques dans leur travail. Dans un second temps, il s’agit de donner son point de vue sur les possibles améliorations à effectuer dans le fonctionnement collectif.

C’est une manière d’impliquer vos collaborateurs dans l’évaluation des progrès effectués par l’équipe et dans leur mise en valeur. Une sorte de diagnostic interne positif qui va contribuer à résoudre bon nombre de problèmes, simplement en mettant en place des mesures établies par la pensée collective.

Indirectement, le bilan de fonctionnement renforce les liens entre collègues. Grâce à lui, il est plus facile d’appréhender le rôle de chacun dans la logique globale de l’équipe. Certaines différences s’avèrent alors mieux perçues. Et même si Michel n’ira jamais prendre un pot avec Cyril après le boulot pour en discuter, il comprend mieux pourquoi ce dernier est aussi tendu en fin de mois.

Il ne tient qu’à vous d’adopter les méthodes de management les plus efficaces, de faire preuve d’inventivité afin de favoriser le bonheur de vos collaborateurs. Pour plus de résultats, n’hésitez pas à leur procurer en parallèle un espace de travail stimulant. Surtout quand on sait que seulement 25 % des Français estiment travailler dans un environnement motivant.** Bureaux aménagés ou espace de coworking adapté, vous avez toutes les cartes en main.

 

*Etude Santé et bien-être des salariés Malakoff Médéric 2016
**Etude Sharp 2017