À la maison aussi ils peuvent être source de conflit. Soit on en est accro, soit ils nous agacent lorsque notre conjoint passe la soirée les yeux rivés sur l’écran de son smartphone. Mais les réseaux sociaux s’attaquent désormais au monde de l’entreprise. À vrai dire, cela fait déjà des années et ils ne nous ont pas attendus pour se perfectionner. Alors que seulement 13 % des intranets des collectivités sont de véritables réseaux sociaux internes, selon une enquête Cap’Com, elles sont 95 % à les juger indispensables. Rien d’étonnant à ce que 80 % des entreprises du CAC 40 possèdent un RSE et l’étendent à l’ensemble de leurs filiales.

Les bénéfices sont légion, que ce soit en matière de communication ou de collaboration entre les employés. Mais les nombreuses solutions bataillent sans relâche, prônant haut et fort leurs avantages et fonctionnalités. Reste à savoir quel est celui qui remportera vos faveurs !

 

Un intérêt indéniable

Comme son cousin le RS (réseau social) destiné aux particuliers, le RSI (réseau social interne) ou RSE (réseau social d’entreprise) est un système de communication et d’échange. Il est accessible par tous les collaborateurs, employés et éventuellement partenaires autorisés pouvant y apporter contribution. Véritable mine d’informations, il facilite la communication et la cohésion entre les différentes équipes. Il représente un outil puissant pour développer l’image de l’entreprise en interne et la transmission de connaissances.

Selon l’étude sur l’usage du réseau social d’entreprise en 2016 menée par Lecko, cabinet de conseil en organisation pour la transformation numérique, 58% des grandes entreprises en étaient déjà équipées, 2% d’entre elles avaient un projet en cours, 26% l’envisageaient. Des chiffres qui continuent de grimper devant les nombreux bénéfices qu’il engendre en termes de management, de réseau et communication interne, de création de bases de données, créativité et processus d’innovation, ainsi que pour les départements finances.

La force d’un RSE se mesure à la pertinence de ses fonctionnalités dans le cadre du travail. Car plus il est utilisé, plus il est efficace. Il permet de fédérer les membres d’une équipe, de réduire considérablement les échanges d’email et améliorer la productivité. Il contribue à créer du lien entre les divers services, à développer un réseau d’entraide et de bonnes pratiques. Il représente une source d’informations pertinentes, archivées et disponibles. Grâce à lui, le travail à distance n’est plus un désavantage. Il pousse à réduire la consommation de papier, diminue les déplacements et favorise un gain de temps au quotidien. Le réseau social interne met à disposition de tous, les idées et suggestions de chacun, encourageant ainsi l’intelligence collective.

Déjà en 2015, un sondage Jobvite avait démontré que 69% des utilisateurs d’intranet jugeaient qu’une dimension sociale améliorait fortement l‘efficacité au travail. Avec des accès simples et rapides à des groupes de travail, à la base client, à des modules de formation, à des agendas partagés, le tout directement sur le smartphone, les réseaux sociaux d’entreprise ont su séduire les professionnels de tous horizons.

Nous vous présentons ici les plus connus, histoire de vous faire une première idée. Les offres sont certes difficilement comparables tant les fonctionnalités varient, mais sachez que les tarifs d’abonnement (formule de base) vont de 3 €/mois/utilisateur avec Talkspirit, à 11,75 €/mois/utilisateurs avec Slack pour le forfait le plus élevé par exemple.

Ne tombez pas dans le piège toutefois : inutile d’opter pour un RSE pourvu de plus d’options que nécessaire.

Qui a la plus grosse… fonctionnalité !

Les entreprises continuent leur révolution digitale et le réseau social interne s’avère être le cœur du processus. Pas question de fourche ou de mousquet, les leaders du domaine se battent à grands coups de solutions collaboratives et d’ergonomie intuitive. Même si le marché est saturé, les petits comme les grands rivalisent d’ingéniosité pour attirer de nouveaux clients dans leur camp et convaincre les indécis.

Après le rachat de l’interface sociale Yammer en 2012, Microsoft s’est doté d’une arme sans précédent pour son Office 365. L’application intégrée Teams lui succède en mars 2017 pour favoriser le travail en équipe en temps réel. Largement inspiré de Slack, il intègre les logiciels de la suite Office et diverses applications sur une plateforme dédiée à la productivité et la gestion de projet. Il permet en outre de mettre en commun des calendriers, des documents et de communiquer sur différentes tâches. Le rachat de LinkedIn promet également de nouvelles fonctionnalités à venir.

En seulement quatre ans, Slack est devenu l’application collaborative la plus utilisée, avec pas moins de 6 millions d’utilisateurs quotidiens. En France 6000 entreprises ont choisi de l’utiliser et plus de 600 ont ouvert un compte payant. Johann Butting, responsable EMEA de Slack, affirme « qu’il s’agit aussi bien de PME/TPE que de grands groupes ».

Simple d’utilisation, ce réseau social interne permet de créer un groupe privé afin d’y inviter une équipe ou l’ensemble de ses employés. Il propose des outils collaboratifs, le partage de documents, l’archivage, un chat et bien d’autres fonctionnalités pour booster la productivité de ses collaborateurs.

Disponible uniquement en ligne en SaaS, la solution collaborative de Google a su séduire de nombreux utilisateurs et pas moins de 15% des entreprises du CAC 40. Axé pour maximiser la productivité, il intègre quantité d’applications telle que la messagerie, le chat, la bureautique, le stockage et le partage de fichiers… toutes hébergées sur le cloud. G Suite permet une parfaite cohésion des équipes même en cas de télétravail et sur tous supports. Les différentes conceptions de documents proposées bénéficient d’un partage en lecture et en écriture. Il est donc possible de travailler à plusieurs sur un seul et même document.

Spécialisé depuis 2001 dans les solutions collaboratives d’intranet, Jive a été récemment racheté par les fonds privés ESW Capital sous la marque Aurea. Comptant parmi les incontournables du marché, il arbore une plateforme diversifiée et adaptable selon l’usage de chaque entreprise. Jive propose la mise en place d’une interface de réseau social pour les salariés, de marketing et de communication avec les différents partenaires. Chaque utilisateur peut paramétrer son profil afin de gérer son espace personnel et créer des mini intranets de publication. À l’exemple de la messagerie instantanée Chime, des applications indépendantes s’intègrent à la plateforme pour s’adapter aux besoins des clients.

Le point fort de la plateforme collaborative en ligne d’IBM est sans aucun doute le partage de contenus. Les espaces de communication et microblogging sont efficaces et favorisent la mise en relation avec les différents cercles de professionnels. Le paramétrage d’enquêtes et de sondages s’effectue en toute simplicité tout comme la conception d’un espace de travail personnel. Tous les partages bénéficient d’un système parfaitement sécurisé.

Doté d’une bonne ergonomie, la solution IBM entraine une prise en main rapide et efficace. Pour des fonctionnalités plus précises, il est permet l’intégration d’applications tierces.

Le petit Français qui vous fait gagner du temps ! Talkspirit est un réseau d’entreprise bénéficiant d’une interface graphique séduisante et intuitive. Il se fait une place remarquée au sein de la mêlée grâce à une offre aboutie et le prix très convenable de sa version payante (3€/mois/utilisateur). Le système permet de simplifier les échanges et la collaboration autour de différents contenus. À cela s’ajoute une liste de fonctionnalités, supports de communication, groupes de travail, galeries d’image, sondages, checklists… Un outil de travail en temps réel efficace et facile d’utilisation pour éliminer toutes les pertes de temps superflues.

Startup Stock Photos

Avec Workplace, Facebook part en croisade

Avec un lancement en fin d’année 2016, le géant Facebook a pris son temps avant d’entrer dans l’arène. En fin limier, il a observé et affiné son offre pour répondre au mieux aux préoccupations des professionnels. Et le pari est réussi. Tel Alexandre le Grand sur son cheval, il a déferlé dans les entreprises du monde entier remportant de prestigieuses références comme Booking.com, Heineken, Danone, Lagardère Active, Renault Retail Group, SNCF et Walmart. En seulement un an d’existence rien qu’en France, il a convaincu 14.000 sociétés de l’adopter.

La recette de son succès ? Une facilité de prise en main sur l’ordinateur autant que le smartphone. Avec 90 % des fonctionnalités du Facebook classique, Workplace représente pour des millions de personnes une interface connue et attractive. Son déploiement au sein des diverses entités affiche un taux d’adoption moyen supérieur à 80 %. Une véritable réussite !

Outil de communication interne par excellence, on y retrouve la constitution de profils et de groupes, le suivi de collègues, le chat, les posts, les likes, les commentaires, le partage de documents… Maintenant Facebook tend à rendre disponible son interface à différents logiciels pour s’adapter aux processus de chaque entreprise. Son intégration aux plateformes Office 365, G Suite ainsi que le CRM de Salesforce ont été annoncé lors de la conférence annuelle du groupe en avril dernier. L’ouverture d’une API est également prévue pour développer des bots dans la messagerie instantanée Work Chat.

Avec un montant maximum de 3 $ par utilisateur et par mois, Facebook frappe fort et s’annonce déjà comme un solide candidat au titre d’empereur des réseaux sociaux d’entreprise.

 

Dans les esprits, les grandes entreprises semblent avoir compris les avantages d’un réseau social interne. 58 % d’entre elles en sont équipées, mais leur utilisation laisse encore à désirer avec seulement 25 % des managers impliqués. Pour y remédier, les éditeurs de logiciels comptent bien se montrer attractifs auprès des entreprises de toutes tailles. Même si dans l’Hexagone, Office 365 et G Suite restent les plus utilisés, Slack et Talkspirit gagnent en notoriété. Mais attention ! La vague Workplace pourrait bien tout balayer.