Fin 2017, 62% des salariés français déclaraient vouloir quitter leur job en 2018. ça fait quand même six personnes sur dix, ce qui, dans un open space lambda, représente beaucoup de monde ayant la bougeotte. Pourquoi veulent-ils partir ? Leurs managers peuvent-ils les faire changer d’avis ? Zoom sur les bonnes résolutions 2018 des Français et leurs leviers de motivation.

Une envie d’émancipation favorisée par la reprise ?

Les indicateurs économiques sont au vert, et l’optimisme est de retour quant à la croissance française, qui semble enfin retrouver un peu de panache avec, selon l’Insee, une progression de 1,9% en 2017. On n’avait pas connu ça depuis 2011 en raison des deux crises successives qui ont fragilisé le marché du travail, et ébranlé en profondeur la confiance des salariés dans la sphère économique. L’ombre du chômage planait, et la crainte de se retrouver sur le carreau ou de s’entendre répondre « si vous n’êtes pas content, la porte est par ici, j’ai dix CV comme le vôtre qui attendent sur mon bureau », tuait dans l’œuf les éventuels désirs d’évolution. Il semble que ce temps soit révolu et que ce climat optimiste rejaillisse sur les salariés qui osent, enfin, s’avouer qu’ils rêvent d’autre chose.

Comme une envie de tout envoyer valser

Interrogés par le site Regionsjob.com1 sur leurs bonnes résolutions 2018, 87% d’entre eux ont déclaré vouloir faire un point sur leur carrière et la suite de leur trajectoire. Ce qui fait donc presque neuf sur dix. « Wow ! » Et 62% sont prêts à joindre l’action à la parole : ils veulent changer d’entreprise cette année, voire carrément changer de métier (30%). Mais pourquoi tant de fourmis dans les jambes ? La faute à un manque de reconnaissance ? Même pas, seulement 17% des salariés disent vouloir une augmentation de salaire, et 8% une promotion… Mais alors, s’ils ne veulent pas d’argent ni de pouvoir, que veulent-ils ?

Bien-être et équilibre, les nouveaux leitmotivs

Bonne nouvelle pour les chefs d’entreprise, seuls 9% des sondés se déclarent tentés par la création d’entreprise. Alors s’ils sont prêts à rester salariés, comment leur donner l’envie d’avoir envie (hommage en passant) ? Leurs trois principales priorités pour 2018 sont :

– de prendre du recul par rapport à leur travail,
– ne plus quitter le bureau trop tard le soir,
– se déconnecter une fois à la maison.

Managers et chefs d’entreprise, voilà qui vous donne d’excellentes pistes d’action pour remotiver et garder tout ce petit monde à vos côtés !

Les bonnes idées pour retenir ses talents

Alors, par où comment pour éviter la fuite de vos cerveaux ? Voici quelques suggestions…

  • Tout d’abord, le sujet des réunions :

C’est peut-être la bonne année pour mettre (enfin) un terme aux réunions organisées après 18h30, voire aux réunions tout court, jugées inefficaces dans plus de la moitié des cas2 (sic). Les salariés pourraient récupérer en moyenne 4,5 heures de réunion par semaine, à utiliser comme bon leur semble, et pour les cadres, près de 10 heures ! Et si certaines sont vraiment incontournables, délocalisez-les dans des lieux originaux, hôtels, coworkings ou restaurants, qui boosteront la concentration et la créativité de vos équipes.

 

Avez-vous réfléchi à l’instauration du télétravail, souhaité par deux salariés sur trois d’après les chiffres 2017 du ministère du Travail ? Favorisez la flexibilité dans les journées de vos collaborateurs afin qu’ils puissent gérer sans stress le pédiatre de la petite dernière et la finalisation de l’appel d’offres Machintruc. Laissez-leur choisir eux-mêmes le meilleur moment pour accomplir leurs tâches (lien vers la vidéo GTD) et rangez votre pointeuse au placard. Définitivement.

 

  • Sans oublier de travailler votre coolitude :

Imposez la déconnexion en dehors des horaires de travail, encouragez la pratique sportive en installant une douche dans vos locaux et/ou en proposant des abonnements sportifs à des prix avantageux à vos équipes. En bref, valorisez la confiance, l’autonomie, la créativité, et écoutez les idées de vos collaborateurs sur la manière d’améliorer leur quotidien… et la performance de votre entreprise.

 

  • Mieux encore, faîtes rêver :

Quelles sont les perspectives d’évolution professionnelle de vos salariés ? Vous êtes-vous préoccupé de les inscrire dans le futur de votre société ? Sans même de parler vos obligations légales en termes de formation professionnelle ou entretien annuel, parlez-vous tout simplement de temps à autre avec vos collaborateurs pour savoir où ils en sont et s’ils ont envie de prendre plus de responsabilités ? Vous sous-estimez peut-être des talents qui ont beaucoup à vous apporter, et vous seraient reconnaissant de leur avoir mis le pied à l’étrier.

 

Et si vous avez un peu de budget :

Vos collaborateurs sont-ils satisfaits de leurs devices, de leur voiture de fonction ou de leur espace de travail ? Vous êtes-vous préoccupé du bien-être de vos consultants et commerciaux ? Voyagent-ils en classe éco, dorment-ils correctement dans leurs hôtels, bref, ne sont-ils pas en train de s’user sans se plaindre ? Un exemple édifiant : 34% des salariés considèrent que leurs outils personnels (ordinateur, smartphone) sont plus performants que ceux fournis par leur entreprise3…  Peut-être est-il temps d’investir et, au passage, d’offrir des outils à la hauteur de vos ambitions à vos équipes ?

Ne me parlez pas de dépenses inutile ou perte de contrôle : au final, tout le monde sort gagnant. En prenant soin de leurs équipes, les entreprises conservent les talents qui la font grandir, et les salariés retrouvent un souffle nouveau. Voilà un sacré programme à dérouler en attendant les prochaines bonnes résolutions !

 

Sources :

1 – Enquête Régionsjob, Les Bonnes Résolutions 2018 des salariés français, réalisée du 12/12/2017 au 07/01/2018 auprès de 1 486 actifs en poste.
2 – Enquête OpinionWay, Enquête sur les écueils au travail collaboratif, réalisée en avril 2017 auprès de 1012 salariés.
3 – Etude Harris Interactive / Islean Consulting – De la transformation digitale à la révolution industrielle, janvier 2017.