Les arguments des espaces de coworking à l’attention des décideurs et de leurs équipes ont toutes pour point commun de faire rêver : bien-être, productivité, créativité, réseau, assistance, canapés, boulodrome et afterworks… De quoi aider une entreprise à « mieux tourner », vraiment ?

Nous avons rencontré Yann Delpuech, président de Finelog Biseum, SSII qui a pris ses quartiers chez Nextdoor en 2016, afin d’en avoir le cœur net.

Nextdoor : Yann, peux-tu nous expliquer ce qu’est Finelog-Biseum ?

Yann Delpuech

Yann Delpuech : Nous sommes une société de Conseil et d’Ingénierie Informatique, spécialiste Microsoft depuis plus de 10 ans (Gold Partner). Nous accompagnons les Grands Comptes et PME, dès la phase de cadrage jusqu’au déploiement et la formation des utilisateurs dans leur développement digital, la structuration des données, la Business Intelligence et la Relation Client (CRM).

Finelog assure la délégation de service et son entité Consulting Biseum, développée depuis 2010, se dédie au conseil. Elle est spécialisée dans l’élaboration de systèmes de Business Intelligence (BI) : ses consultants ont des compétences technico-fonctionnelles, et leur approche est centrée sur les données et les processus analytiques du client. Nous sommes en mesure d’accompagner les métiers et l’IT dès la phase amont des projets, jusqu’à la mise en œuvre des solutions et la formation des utilisateurs.

Nextdoor : Qu’est-ce qui t’a décidé en 2016, à opter pour un espace de travail partagé ?

Yann : Premièrement : en 2015, nous étions déficitaires. Il fallait réagir vite, faire plus avec moins, dans un métier où tout bouge très vite. Dans une entreprise comme la mienne, le premier poste de dépenses est la masse salariale et le second… le loyer.

Nous étions installés dans les bureaux de 120 m², alors que dans une société de service qui fonctionne bien, 80% des équipes sont à l’extérieur. Par ailleurs, notre ressenti dans ces (vastes) bureaux n’était pas satisfaisant. Il était évident que nous devions déménager et rationaliser nos dépenses.

Deuxièmement : j’ai tout de suite vu un lieu comme Nextdoor à la fois comme un outil de fidélisation des consultants, mais aussi comme un argument de recrutement. Mes collaborateurs interviennent auprès de grands groupes dont les locaux sont souvent prestigieux : leur offrir un bon standing de bureau est clairement un critère différenciateur.

« Aujourd’hui, les candidats et les collaborateurs bénéficient d’un espace de travail agréable, ouvert et dynamique. » Yann Delpuech

Nous sommes sur un marché tendu avec une pénurie au niveau des compétences : les bons consultants sont exigeants et très convoités (10% de l’effectif intègrent nos clients ou partent en province chaque année). Avant, un candidat débouté repartait tranquillement, sachant bien qu’il trouverait ailleurs. Aujourd’hui lorsque sa candidature n’est pas validée, nous percevons sa déception… !

Nextdoor : As-tu vraiment trouvé une formule d’hébergement/abonnement qui te convient en tous points ? Est-ce réellement rentable ?

Yann : Absolument. J’ai entre 25 et 30 collaborateurs, dont 20% au siège… j’ai donc opté pour des bureaux fermés et des postes en coworking, sachant que les abonnements sont facilement modifiables, à la hausse comme à la baisse.

En rejoignant Nextdoor j’ai divisé mes charges par deux. J’ai pu également me libérer un temps considérable : plus de factures et taxes à payer, de question de ménage ou d’imprimantes à gérer, etc. Cet emménagement chez Nextdoor a été pour moi l’occasion d’une véritable rationalisation des coûts et c’est allé très loin.

Nextdoor : As-tu découvert d’autres avantages que tu n’avais pas forcément identifié à l’origine (ou en lesquels tu ne croyais pas) ?

Yann : Oui ! Je ne venais pas chez Nextdoor pour réseauter activement. Mais grâce aux meet-up que les résidents organisent pour se présenter, et aux équipes Nextdoor, j’ai rencontré le prestataire qui a revu notre stratégie digitale de fond en comble. Le fait de travailler au même endroit nous a considérablement facilité les choses : les rendez-vous et les contacts (qui peuvent être formels ou informels) étaient simples, l’on gagne un temps précieux.

J’ai ensuite rencontré un graphiste avec lequel je travaille régulièrement, désormais. Et pour finir, j’ai offert mes services à Nextdoor qui menait une réflexion sur son contrôle de gestion… donc oui, on peut dire que chez Nextdoor on fait du business !

D’ailleurs, travailler au sein d’un même écosystème créé une notion d’engagement implicite qui me semble saine : on est à la fois partenaires et voisins. On ne peut pas se comporter n’importe comment, ou négliger le client que l’on croise régulièrement. Nous avons des relations très cordiales, mais cela reste professionnel.

Nextdoor : On vante le nomadisme et ses vertus : concrètement toi et tes équipes, y voyez-vous un réel avantage ?

Yann : Le fait de pouvoir travailler dans un site ou dans l’autre est très positif : le home working pose de vraies questions de responsabilité et de gestion des équipes. Le coworking permet d’y répondre en offrant un espace de travail couvert par une assurance professionnelle. Et en réalité les collaborateurs apprécient de s’y rendre. Grâce aux badges, ils ont donc gagné en liberté mais je ne perds pas le contrôle pour autant : je peux avoir où ils se trouvent et combien de temps ils y passent si besoin.

Ensuite la souplesse de Nextdoor sur l’organisation de réunions ou d’événements en termes de mise à disposition de salles et de maillage (de Paris) est un réel argument pour nos clients : nous pouvons nous déplacer au plus près d’eux s’ils le souhaitent, avec un service toujours très qualitatif.

Nextdoor : Pour conclure, pourquoi, toi, président de Finelog, recommanderais-tu Nextdoor à un décideur ?

Yann : si je me résume, je dirais :

  • En premier : la rationalisation des coûts au niveau des postes de dépenses.
  • En deux : un cadre de travail agréable qui a permis de fidéliser les équipes et mieux gérer le turn-over des équipes tout en contribuant à leur épanouissement.
  • Trois : faciliter le recrutement de nouveaux collaborateurs en offrant un cadre accueillant aux candidats.
  • Quatre : la flexibilité et la souplesse au niveau de l’utilisation des surfaces et des différents sites, selon les besoins pour gérer les équipes et les projets clients.
  • Cinq : pouvoir bénéficier d’un écosystème dynamique au niveau des partenaires et des clients
  • Et enfin, six : l’utilisation des infrastructures multisites avec des capacité d’accueil pour l’animation de conférences et de formations.

Finelog Biseum vous intéresse ?

Contactez Yann Delpuech : yann.delpuech@finelog.fr

+33 6 11 32 57 56 – Immeuble Nextdoor, 43 Rue Camille Desmoulins – 92445 Issy-les-Moulineaux Cedex

www.biseum.com | www.finelog.fr

Propos recueillis par Laëtitia Cognie pour Nextdoor.