Le mind mapping, reconnu mondialement comme un outil boostant la créativité et la mémorisation, fait même partie des programmes scolaires français depuis 2010. On vous explique avec Xavier Delengaigne, auteur de nombreux ouvrages sur le sujet, les multiples vertus et applications de la carte mentale.

Dans sa correspondance, Nietzsche déclara à propos de changements constatés dans son style d’écriture après l’achat d’une machine à écrire : « Nos outils d’écriture participent à l’éclosion de nos pensées. » Une conviction partagée par les adeptes de la technique du mind mapping, qui optimise les capacités de réflexion et de mémorisation du cerveau, grâce à une manière spécifique de poser et d’articuler les idées.

C’est quoi au juste, le mind mapping ?

Baptisée ainsi par son créateur, Tony Buzan, cette technique porte divers noms dans l’Hexagone : topogramme, schéma heuristique, arbre d’idées ou encore carte mentale, terme retenu par l’Éducation Nationale. « La technique existe depuis longtemps, mais elle a été popularisée depuis qu’on l’utilise dans l’enseignement, explique Xavier Delengaigne, blogueur et auteur de plusieurs ouvrages consacrés au mind mapping. Il y a deux écoles, papier et informatique. On peut utiliser les deux, qui ont chacune leur utilité en fonction des besoins. »

Elle consiste à organiser ses idées autour d’une idée centrale en ramifications, à la manière des branches et sous-branches d’un arbre qui se déploient autour d’un tronc. Les idées peuvent être notées sous forme de mots, de morceaux de phrases ou d’images. Cette technique graphique est un outil redoutablement efficace d’extraction et d’organisation des idées en vue de leur mémorisation. Une carte mentale vous donne en effet une vue d’ensemble d’un sujet, en compilant un grand nombre d’informations, facilite la prise de décisions et le chemin pour atteindre son objectif. Elle débloque des chemins créatifs, tout en étant agréable à regarder et facile à mémoriser. « Grâce à la carte mentale, les idées deviennent tangibles, on peut les manipuler, les déplacer pour les organiser. On a aussi une vision immédiate de leur hiérarchisation. »

Illustration de Luis Garcia, extrait de Boostez votre créativité avec le mind mapping

Du Moyen-Âge à nos jours, brève histoire du mind mapping

La carte mentale est une technique utilisée depuis belle lurette par ceux qui avaient besoin de mémoriser de grandes quantités d’informations. « Au Moyen-Âge où les livres étaient rares, les gens passaient leur temps à mémoriser des ouvrages, où abondaient les schémas destinés à faciliter cette mémorisation, explique Xavier Delengaigne. Ils utilisaient pour cela la méthode des lieux (qui consiste à associer une idée à un lieu familier que vous visualisez mentalement), une technique que l’on retrouve en mind mappingAvec l’imprimerie, les dessins ont disparu des livres, mais depuis l’avènement d’internet, on assiste à un retour du mélange de texte et d’image. »

Dans les années 70 où la science se passionnait pour le fonctionnement du cerveau, au-delà de son anatomie, le chercheur et psychologue anglais Tony Buzan, spécialiste de la mémoire, s’est demandé comment développer l’intelligence et la mémoire en exploitant les étonnantes capacités du cerveau. Ses recherches l’ont amené à théoriser la technique du mind mapping et les étapes de création d’une carte mentale.

Les secrets de l’efficacité d’une carte mentale

Comment se fait-il que nous réussissions mieux à retenir un schéma coloré, qu’une liste linéaire sur le même sujet ? « Le cerveau pense plutôt en mots clés, explique Xavier Delengaigne. Il rectifie en concepts et non en phrases. La parole ou l’écrit tels qu’on les conçoit sont linéaires, ce qui ne correspond pas au fonctionnement naturel du cerveau. »

De nombreux travaux de recherche ont confirmé la pertinence de la carte mentale comme méthode de réflexion adaptée au fonctionnement de notre cerveau. Notamment ceux menés par le Dr Roger Sperry, Prix Nobel de médecine en 1981. Il a établi que le cortex cérébral se divisait en deux hémisphères, chargés de traiter les tâches intellectuelles, comme la logique, le rythme, les couleurs, les nombres, l’imagination, les associations, le langage, la rêverie, etc. Il a aussi montré que l’utilisation conjointe de plusieurs facultés mentales augmentait l’efficacité du cerveau. Même si sa théorie est aujourd’hui remise en question par l’évolution de la connaissance du cerveau1, la carte mentale, qui combine mots, dessins, couleurs, disposition dans l’espace, etc. tire pleinement parti de ses diverses aptitudes.

Le Mind Mapping, secret de créativité ?

En favorisant les associations d’idées, les pensées divergentes, et en laissant le cerveau suivre son propre cheminement, la carte mentale décapsule la créativité dans la définition qu’en donne le Test Torrance de pensée créative. Ce test mesure la fluidité (la capacité à produire de nombreuses idées), l’originalité (des idées statistiquement rares), la flexibilité (le nombre de catégories différentes d’idées adaptées), et l’aptitude à développer les idées dans le détail. Autant de processus intellectuels intrinsèques à la construction d’une carte mentale, si vous avez bien suivi ce qu’on explique depuis le début de cet article.

Les cartes mentales constituent ainsi un formidable outil de créativité individuelle, mais aussi collective. Elles permettent de faire émerger une grande quantité d’idées, qui pourront ensuite être triées. « Mais attention, c’est bien d’avoir plusieurs outils dans sa boîte à outils, rappelle Xavier Delengaigne. Le mind mapping ne doit pas être un outil unique, ce n’est pas un couteau suisse de la pensée. »

Les 1001 applications d’un schéma heuristique

« Bien souvent, la carte mentale est associée au brainstorming, qui n’est qu’une des nombreuses situations où vous pouvez utiliser cette technique », explique Xavier Delengaigne, qui identifie deux approches majeures du mind mapping.

« Certaines entreprises l’utilisent en outil de gestion de projet. C’est vrai que cela fonctionne très bien et donne une vision d’ensemble. Mais l’esprit du mind mapping, c’est plutôt de favoriser l’émergence des idées et la collaboration. »

Voici quelques-unes des utilisations possibles d’une carte mentale :

  • Brainstorming, individuel ou collectif
  • Rédaction de textes. « Je n’écris plus dans Word, explique Xavier Delengaigne, mais dans un logiciel de mind mapping en rédigeant des blocs de texte que je peux ensuite déplacer.»
  • Gestion de projet
  • Supports de présentation
  • Réunions collaboratives, dans lesquelles, au lieu de présenter quelque chose, on projette une carte que l’on complète avec les participants

« Ensuite, quand on a un peu d’entraînement, c’est une technique très efficace pour la prise de note en réunion ou conférence » complète l’auteur de La Boîte à Outils du Mind Mapping.

Conseils pratiques pour débuter sa carte mentale

« Moins une carte a de branches et mieux c’est », explique-t-il, rappelant que notre mémoire à court terme est limitée à cinq à neuf éléments simultanés (seulement). C’est intéressant d’utiliser une feuille plutôt qu’un logiciel pour ses premiers essais, car « moins vous avez de place, et plus vous allez naturellement synthétiser l’information ». L’idéal est de démarrer avec un format A3, puis d’adopter rapidement un format A4. C’est important de ne travailler que sur le recto de la feuille, dans une logique « one page » qui donne une vision globale des choses.

L’utilisation dépend aussi des besoins. Si vous êtes dans la recherche d’idées, la technique d’un mot clé ou image par ligne est recommandée, comme le préconise Tony Buzan. Si on veut prendre des notes, mieux vaut noter des bouts de phrases ou d’idées pour s’y retrouver ensuite.

Il existe plusieurs logiciels de mind mapping. Aux débutants, Xavier Delengaigne recommande X-Mina, disponible en version freemium, et qui allie l’ergonomie à la beauté des cartes réalisées. Le logiciel Mind Manager, interfacé avec l’univers Microsoft, est la référence en entreprise, notamment pour la gestion de projet.

Avis aux curieux et / ou passionnés de mind mapping : Tony Buzan organise cet été à Paris l’édition 2018 des Championnats du Monde de Mind Mapping, et donnera deux journées de conférence. Pour prendre vos billets, c’est par ici.

 

À LIRE POUR ALLER PLUS LOIN

 

101 Astuces pour mieux penser, Xavier Delengaigne et Salma Otmani, éditions Eyrolles, 2017, 23€

 

La Boîte à outils du Mind Mapping, Xavier Delengaigne et Marie-Rose Delengaigne, éditions Dunod, 2016, 26,50€.

 

 

Mind Map, dessine-moi l’intelligence, Tony Buzan et Barry Buzan, éditions Eyrolles, 2012, 25 €.

 

 

Boostez votre créativité avec le Mind Mapping, Xavier Delengaigne, éditions Dunod, 2013, 16,90 €.

 

MERCI À

Parfait représentant de la génération Slash, Xavier Delengaigne, auteur de 19 livres sur le mind mapping, la veille et la communication web, est aussi blogueur et formateur dans le domaine du Management des connaissances personnelles. Il s’intéresse dans ses travaux à trois champs : l’organisation de la pensée, du temps et de l’information.

 

Article rédigé par Clémentine Garnier
pour
Nextdoor, Business Humanizer

 

1 – Source Méfiez-vous des neuromythes, AQEP Vivre le Primaire, 2013